(UGent) La solitude multiplie par quatre les risques d’être malheureux

5 juillet 2018

5 juillet 2018 – L’Université de Gand et l’assureur-vie établissent cette année une cartographie du bonheur en Belgique. Nos relations sociales constituent un des domaines ayant un impact important sur notre bonheur. Les Belges qui se sentent seuls ont quatre fois plus de risques d’être malheureux. Près de la moitié des Belges (46%) se trouvent actuellement dans cette situation. C’est ce qui ressort des nouveaux chiffres de l’Enquête nationale du Bonheur de l’assureur-vie NN et de l’Université de Gand concernant l’impact des relations sociales sur notre bonheur national brut.

Ce sentiment de solitude est surtout présent chez les jeunes adultes. La majorité des jeunes Belges (54,5%) de 20 à 34 ans se trouvent actuellement dans cette situation. La solitude s’avère être également une dure réalité pour la génération X, avec 53% des Belges entre 35 et 50 ans qui déclarent se sentir seuls. Plus nous prenons de l’âge, moins nous nous sentons seuls. Dans la catégorie d’âge la plus élevée (les plus de 70 ans), 28,3% se sentent seuls, un pourcentage beaucoup moins élevé que chez les jeunes Belges.

Avoir de bons amis et des relations épanouissantes, faire du bénévolat et s’occuper des autres, sont autant de choses qui nous rendent beaucoup plus heureux. Il est dès lors essentiel d’investir dans la lutte contre la solitude et de travailler sur des relations de qualité. Le Professeur du Bonheur Lieven Annemans (UGent) appelle les pouvoirs politiques locaux, guidés par leurs présidents de partis au niveau national, à faire de ce sujet une priorité lors des prochaines élections du mois d’octobre.

Téléchargez le dossier de presse pour un aperçu complet des résultats.