La deuxième vague de coronavirus pèse sur le bonheur des Belges

Le manque d’autonomie, la solitude et l’anxiété relative au virus jouent un rôle prépondérant dans la baisse de la satisfaction de vie et de notre bien-être. Mais notre sentiment de solidarité est néanmoins reparti à la hausse pendant la deuxième vague de coronavirus.

Bruxelles, le 23 janvier 2021 – La deuxième vague de coronavirus fait baisser la satisfaction de vie et le bien-être général des Belges.

Il ressort des nouveaux résultats de l’Enquête nationale UGent-NN du Bonheur que notre bonheur connaît une baisse significative par rapport à la première vague et à la période pré-Covid.

Différents facteurs liés au bien-être tels que la joie de vivre, la tranquillité d’esprit et un sentiment d’autonomie ont en effet diminué par rapport à la première vague, alors que la solitude et la dépression notamment connaissent une hausse significative. Un point plus positif reste l’appartenance sociale, qui continue à augmenter légèrement depuis la première vague et dont on sait qu’elle est un facteur protecteur pour notre bonheur.

  • Le niveau de bonheur des Belges est en baisse, de 6,73/10 (pré-corona) à 6,21/10.
  • Le nombre de Belges qui se sentent vraiment heureux diminue de 10 %.
  • 73 % des Belges se sentent modérément à très seuls (contre 64 % avant la crise).
  • 30 % sont malheureux (contre 22 % avant la crise) et à peine 17 % éprouvent encore de la joie de vivre (contre 23 % avant la crise).
  • Mais il y a aussi de bonnes nouvelles : le sentiment d’appartenance sociale entre les personnes continue d’augmenter.

Vous désirez en savoir plus ? Lisez ici le dossier de presse complet.

Inspiration

Geluksawards

Cette année, l’assureur-vie NN présente pour la première fois les Awards NN du Bonheur.

Lire la suite

Le bonheur dépend de « grandes » choses et peut être influencé

Lire la suite

L’UGent et NN dressent une carte du Bonheur en Belgique

Lire la suite